2 février 2009 1 02 /02 /février /2009 11:35
A une vingtaine de kilometres de la frontiere cambodgienne, le Mekong se divise en d' innonmbrables bras, composant autant de petites iles recouvertes de vegetation luxuriante, propices au farniente et au contact tres direct avec la nature.


C'est donc sur une de ces iles, Don Khone, que nous avons decide de terminer notre sejour au Laos. Pour y acceder il faut deja rejoindre le petit bourg de Ban Nakasang, une sorte de Bronx local fort peu engageant et poussiereux en bordure du fleuve. Ici nous attendait la petite embarcation prehistorique qui allait nous mener sur les exquis chemins de l'oisivete...

Les 30 min de traversee comtemplative nous ont permis d'avoir un avant gout de ce qui nous attendait : profusion de cocotiers, buffles se prelassant dans les eaux du fleuves, oiseaux divers et varies...
Bref, un cadre des plus buccoliques et une sensation de bout du monde...

 Debarques comme de vulgaires marchandises perimees par notre peu bavard batelier, nous avons parcourus les derniers 500 metres qui nous separaient de notre guest-house a pieds.
En chemin, et malgre le poids de plus en plus penible de nos sacs a dos, nous avons pu observer la vie du village : enfants jouant a la petanque, routards en goguette sur des velos au couleurs flashies, vieilles batisses coloniales abandonnees a la vegetation, et partout, ce fleuve, omnipresent et fascinant, que nous suivons depuis le nord de la Thailande ( et oui deja !).

La guest-house se situe au bord du fleuve et comprend des bungalows sur pilotis tout a fait charmants avec tout le confort necessaire a un sejour de reve : une moustiquaire (imperatif dans ces contrees sauvages ), une salle de bain avec ''servicios''  tres propre (mais sans eau chaude), et surtout, une jolie petite terrasse vue fleuve agrementee de deux hamacs, dans lesquels nous nous sommes jetes telle la decheance sur Britney Spears (apres avoir ingurgite une petite bierasse... faut quand meme se respecter...) afin de profiter du coucher de soleil.

C'est ainsi que se sont ecoules ces trois jours fabuleux : la matinee etait consacree a l'exploration de l'ile en velo et de ses petits chemins bordes de fermes qui parfois debouchent sur le Mekong, secoue par de tonitruants rapides .

Parfois, quelques vestiges se font temoins d'une epoque revolue, tel un pont de chemin de fer construit par les francais, ou meme une antique locomotive rongee par la rouille au beau milieu d'un champs et qui sert desormais de terrain d'exploration pour les poules et autres creatures de la basse cour.
Nous traversons aussi des rizieres, des cocoteraies, et meme des langues de sable ou on peut se prelasser en ecoutant le cliqueti de l'eau (sans meme que l'idee de tremper le moindre orteil dans le fleuve nous traverse l''esprit evidemment !).

Les apres midis sur ces iles sont particulierement chauds, c'est pourquoi nous avons opte pour le hamac apres le dejeuner : delicieux instants ou le regard se perd dans le vert de la vegetation et la contemplation du paisible Mekong... de vrais moments de bonheur.

A partir de 15h30, la temperature se fait plus supportable, c'est alors le moment propice pour faire une ballade en bateau a la decouverte d'une espece menacee : les dauphins d'eau douce de l'Irrawady. Si ces cheres bestioles se montrent un peu farouches lors de l'observation (nous en avons vu 4 ou 5 en 30 minutes), la voix fluviale pour parvenir a leur terrain de jeux est un enchantement : on traverse des bras du fleuve dans lesquels poussent de grands arbres a la silhouette inquietante, tous penches dans le sens du courant, comme figes par un etrange sortilege, de grands oiseaux blancs croisent notre embarcation avec indifference, la nature est sauvage, puissante et preservee, le voyage se fait onirique...

Helas, tout a une fin, et il est deja temps de quitter le Laos apres trois semaines de decouverte au rythme tres particulier de ce pays attachant. Ici plus qu'ailleurs, il est inutile de courir si l'on veut apprecier le charme subtil du pays, il faut savoir prendre le temps, et profiter d'un environnement preserve, d'une culture mal connue et de la grande gentillesse des laotiens.
Le pays est tres nature et se prete a merveille a une multitude d'activites, et l'ecotourisme est en plein essor, c'est donc une destination qui, selon nous, est a decouvrir au plus vite avant l'invasion du tourisme de masse.

Demain, nous reprenons la route pour le Cambodge, derniere etape en Asie continentale ou nous sejournerons un mois...

Partager cet article

Repost0
30 janvier 2009 5 30 /01 /janvier /2009 09:15
   Pour inaugurer notre voyage dans le sud du laos, nous avons deja parcouru un long trajet en bus de nuit jusqu'a Pakse, la deuxieme ville du pays. Plaisir indescriptible d'etre allonge dans une sorte de sarcophage tout au fond du bus afin de mieux ressentir les infractuosites de la route et la puissance de la climatisation. En effet, a cet endroit strategique du vehicule, chaque sensation est demultipliee !
        
Nous sommes partis a la decouverte de Pakse des notre arrivee au petit matin. Apres l'envoi d'un colis a La Poste et l'organisation d'une excursion dans le plateau des Bolovens nous nous sommes accordes le plaisir d'un second petit dejeuner. Il faut dire qu'il fut difficile de resister a un veritable expresso italien et surtout a de savoureuses viennoiseries francaises !
        
Avant d'aller decouvrir le plateau des Bolovens, nous avons consacre une journee a la decouverte de Pakse. Cette ville commercante ne brille pas par ses monuments ou son architecture. En effet, elle a ete rasee par les bombardements americains. Malgre tout, son atmosphere est plaisante et il subsiste ca et la quelques demeures coloniales rappelant sont glorieux passe (la ville a ete creee par les francais au debut du XXeme siecle et fut un de leur principal centre administratif).

Desireux d'etre en phase avec cette cite assoupie (comme la plupart des autres villes bordant le Mekong), nous avons decide de nous faire masser.
Nous avons confie nos petits corps de Falangs aux mains expertes des masseuses du salon Dok Champa (dont la patronne, ancienne infirmiere, parle un excellent francais).
Une heure trente de delice... Nous avons opte pour le massage "Huile et herbes": apres avoir ete oints et masses des pieds a la tete, nous nous sommes faits tamponner avec des ballottins d'herbes medicinales activees a la vapeur.




Nos deambulations oisives dans les rues (la rue !) de Pakse nous ont permi de faire la rencontre de Pauline et Virginie, deux sympathiques voyageuses belges en partance pour Bangkok.
Une soiree au resto indien a ete l'occasion d'echanger des tuyaux pour la suite de nos periples, mais aussi de comparer avec humour la decadence politique de nos pays respectifs !
Bon voyage a toutes les deux et bon retour en Belgique a Pauline; peut-etre a bientot aux Philippines pour Virginie (nous ne manquerons pas de venir a Bruxelles uniquement pour nous faire offrir une autre biere !).

Comme prevu, nous partons ensuite pour deux jours de decouverte du plateau des Bolovens. Tels deux petites creatures princieres, nous nous sommes retrouves seuls pour cette excursion. C'est a dire qu'a part le chauffeur et le guide francophone, le reste du minibus etait vide ! Nous allons donc vous conter notre royale visite deluxe en limousine locale...!
Le plateau des Bolovens est une des principales regions agricoles du Laos. Le district est repute pour son cafe et son the, mais bien d'autres cultures s'y epanouissent : heveas, bananes, litchies, etc... C'est aussi une des regions qui compte la plus grande diversite ethnique.
Apres une premiere halte aux celebres chutes de Tad Fan (les plus hautes du pays - 120 metres), cachees dans la jungle et difficiles d'acces, nous avons continue notre route vers d'autres chutes plus faciles ou nous avons meme pu faire trempette. Malgre la beaute du site, nous ne nous sommes pas eternises dans l'eau... de peur de finir cryogenises. La riviere venant des collines alentours, ce fut une tres revigorante baignade...(solitaire pour Thomas).
Le bain ouvrant l'appetit, nous nous sommes diriges vers le marche du village de Paksong. Si certains produits ne nous ont pas inspire confiance, d'autres au contraire comme les beignets aux champignons ou a la confiture se sont averes delicieux.


Apres ce petit moment de fresheur et de gastronomie, nous avons visite un village de l'ethnie katou. Cette communaute represente 1/5 de la population laotienne.

C'est aussi le groupe ethnique le plus defavorise sur le plan economique. Ils sont d'origine proto-malaise et sont animistes (cultes des esprits et des morts).
Ainsi, une des particularites des katous est de fabriquer leur cercueil en prevision de leur propre mort et de l'entreposer sous la maison, ou le grenier a riz. Nous avons donc une pensee emue pour tous les fans de Mylene F. poetesse animiste, et ce meme si les Katous n'ont pas pour habitude de se rouler nus dans des mares de sang... (seuls les veritables fans de "l'Ange Roux" disposant de l'integralite de son oeuvre videoclipique pourront comprendre).
D'autre part, il est tres surprenant d'observer que les katous ont pour tradition de fumer a l'aide de pipes a eau des leur plus jeune age. Ainsi, nous avons pu voir des femmes, des vieillards mais aussi de tres jeunes enfants gouter aux joies du bang en bambou ! ... Une belle lecon d'ouverture d'esprit pour nos societes occidentales...


Notre premier journee s'achevant, nous avons rejoint notre guest house a Tad Lo, petite communaute rurale posee au bord d'une riviere et entouree de belles chutes d'eau et de forets.
L'endroit est tres apaisant. Des enfants se baignent nus dans un bras de la riviere, tandis que des pecheurs lancent leur filets pour attrapper des petites fritures a la tombee du jour. On croise des porcs (faisant la sieste et grognant de bien etre), des poules et leurs poussins...
Un peu plus haut, au sommet des chutes, nous rencontrons des habitants faisant leur toilette dans la riviere... en compagnie d'une loutre malicieuse avec laquelle n'hesitent pas a jouer les enfants (malgre le risque de se faire mordiller les orteils... mais c'est tellement plus drole !). Nous resterons avec eux jusqu'au coucher du soleil. Pour nous, c'est un veritable retour a la nature !
Il est temps pour nous de diner et de rejoindre notre chambre, chaleureuse et accueillante dans laquelle nous avons compris qu'un Soft Sentiment  valait parfois plus que des mots !

Apres une nuit passee sur un matelas d'une rare fermete, nous nous sommes leves avec le soleil afin de nous promener a dos d'elephant dans la foret.

Nous avons alors fait la connaissance de notre monture, la sublime Regine, ainsi nommee en hommage a la grande pretresse des nuits parisiennes. Pourquoi nos esprits malades ont-ils decide de prenomer ce pachyderme de la sorte ? Parce que le gabarit et la coiffure hirsute de la bete presentaient de nombreuses analogies avec la creature rousse a boa...
C'est donc sur le dos de Regine et en compagnie d'un tres jeune cornac pre-pubere que nous sommes partis a la decouverte de la foret, juches dans une coquette nacelle en osier. L'aventure etait au detour de chaque balancement de Regine qui n'hesitait pas a traverser des rivieres aux abords boueux, nous projetant avec allegresse dans des toiles d'araignees tropicales ou des branches de bambous.

La balade est tres belle et les paysages empreints d'une grande douceur. La magie de ce moment est a peine troublee par les flatulences caverneuses et monumentales de cette brave Regine.

Cette balade terminee, il est deja l'heure de rejoindre Pakse pour vous conter nos aventures, et apres avoir decouvert une autre facette du pays.


Demain matin, nous partons pour le delta interieur du Mekong dans la region des "4000 iles", derniere etape de notre periple au Laos.


Partager cet article

Repost0
26 janvier 2009 1 26 /01 /janvier /2009 06:11
Pour notre premier trajet terrestre en transport en commun, nous avons opte pour le minibus pour rejoindre Vang Vieng depuis Luang Prabang. Nous avons, notamment partage le trajet avec un groupe de 4 retraites de l'education nationale, tres routards et tres bavards ! Ainsi, malgre l'inconfort et la duree du voyage (7 heures sur des routes montagneuses), le temps a passe relativement vite.

Arrives a Vang Vieng, nous avons rapidement compris quel etait l'etat d'esprit de cette petite ville champignon, constituee de quelques rues au bord d'une riviere. En effet, tout ce qui est relatif a la culture lao a ici disparu au profit d'une americanisation a outrance. En lieu et place des petits restos et autres stands-barbecue de nourriture locale, on peut desormais profiter de bars a banquettes diffusant en boucle des episodes de Friends ou des Simpsons pour le plus grand plaisir d'une clientele anglo-saxonne totalement lobotomisee a la biere et a l'herbe. Cette derniere peut, si vous le souhaitez, agremente votre pizza, burger ou milkshake ! Il suffit pour cela de demander la formule "happy" au serveur..!

Pour nos deux journees a Vang Vieng, et parce que nous ne cautionnons pas l'usage de substances illicites (du moins, en dehors des periodes de travail !), nous avons opte pour un sejour nature et sports, plus conforme a nos valeurs profondes... Le premier jour, nous avons loue des VTT afin de parcourir la campagne environnante sur les chemins de la "boucle ouest" recommandee par notre guide Lonely Planet. Cette route parcours 43 km a travers de sompteux paysages de falaises karstiques, de rivieres, de forets denses, de grottes et de petits villages.

Precisons que si les paysages sont spectaculaires, la route, elle, est tout bonnement effroyable. C'est en fait une piste cahoteuse et poussiereuse au moindre passage de motos ou tracteurs a remorque...
Apres avoir regle la hauteur de la selle de nos engins, nous integrons le fait que rien n'y fera : le VTT est terrible pour nos petits fessiers citadins. Resignes, serrant les dents autant que les fesses, nous traversons la riviere en utilisant un petit pont payant et branlant decore par deux obus datant de la seconde guerre d'Indochine (du meilleur gout !). C'est parti pour 4km de tape-cul au milieu de tres buccoliques paysages de campagne.
Au kilometre 4, nous nous arretons afin de visiter une grotte, puis de nous sustanter dans une petite bicoque en bambous et paille sur pilotis au bord d'un etang. Deja, nos mains ne sont que bouillie et nos fesses meurtries nous rappellent que, finalement, le sport c'est aussi de la souffrance...

Bien reposes apres une grosse assiette de nouilles bien grasses (a defaut d'etre exemptes de germes douteux), nous chevauchons de nouveau nos machines et reprenons la route : nous traversons de petits cours d'eau et nous enfoncons dans une epaisse foret.
Au kilometre 8, apres avoir croise un cycliste victime d'une crevaison qui ramenait a pied son VTT sous le soleil ecrasant, nous faisons un arret pipi-visite d'une grotte. Au moment de repartir, nous décrétons que c'en est assez ! Il est temps pour nous de rentrer au bercail : parce que 16 km, finalement, c'est tres honorable; le lendemain une autre journee sportive nous attend. Pour nous economiser, rien de tel qu'une petite biere, d'autant que nous n'en avons pas bu depuis plus de 20 heures et qu'il faut savoir ecouter son corps...

La seconde journee, placee elle aussi sous le signe de l'aventure, fut consacree a la visite de grottes suivie d'une marche dans la nature et de la descente de la riviere en kayak.
Om, notre guide (comme Olympique de Marseille) nous a fait decouvrir des grottes surprenantes mais a l'acces difficile. A l'interieur, a l'aide de lampe torche made in China, nous avons pu observer de surprenantes formations minerales ainsi qu'une araignee particulierement remarquable et neanmoins repugnante de la taille d'une main (speciale dedicace a Candy Martinez, l'amie des animaux -pas de chagrin-). Apres ces emotions, Om nous a prepare un petit barbecue de viande sechee et de legumes en brochettes accompagne de riz gluant, de bananes et, bien sur, de l'incontournable baguette !
Apres avoir repris des forces, nous avons entame une petite marche d'une heure a travers des paysages de montagnes karstiques, de rizieres irriguees par de jolis canaux et agrementes ca et la de petits villages de la minorite Mhong.
Nous avons alors pris possession de nos kayaks pour commencer la descente de la riviere jusqu'a Vang Vieng sur une dizaine de kilometres.
Au fil de l'eau, nous avons croise beaucoup de touristes qui faisaient le meme trajet en tubing. Le tubing consiste a se laisser porter par le courant sur une grosse chambre a air. Mais la specificite qui semble etre en vigueur ici, est de faire du tubing totalement sous l'emprise de marie-jeanne. Les 100 premiers metres de la descente de la riviere offrent le spectacle de dizaines de bars en bambous surplombant le cours d'eau. La, s'ebattent joyeusement des centaines de touristes dechires sur fond de musique techno. Impressionnant autant que pathetique... La suite du parcours est plus agreable, les paysages sont fantastiques et il est tres agreable de se laisser porter par le courant en observant la vie au bord de la riviere (pecheurs, enfants se baignant depuis les passerelles en bambous, vaches et boeufs placides sur la rive...).

De retour a Vang Vieng, nous avons termine la journee en observant le spectacle fabuleux du coucher de soleil sur les montagnes au bord de la riviere. Un moment inoubliable !

Ce matin, apres l'ecriture de cet article, nous reprenons la route pour le sud du Laos : d'abord 4 heures de bus jusqu'a Vientiane, puis une correspondance en bus-couchette jusqu'a Pakse ou nous arriverons demain vers 6 heures du matin.

Partager cet article

Repost0
23 janvier 2009 5 23 /01 /janvier /2009 12:49

Nous sommes finalement arrives sains et saufs au terme d'un second vol a bord de l'aeronef sovietique de Lao Airlines !

On vous passe les details de l'aeroport que nous avons rejoint en Tuk-Tuk...


Allez, on vous raconte ! Eh bien l'aeroport domestique de Vientiane est vraiment minuscule. C'est certainement l'aeroport le plus miserable que l'on n'ait jamais vu : on dirait un espece de grand garage dans lequel on aurait chichement installe quelques sieges et un restaurant familial... le tout avec moultes decors en bois plaque et formica ! Quelle confortable salle d'embarquement delimitee par de magnifiques rideaux plisses. Finalement, la seule touche coloree de l'endroit etait le rouge du drapeau orne du marteau et de la faucille !

Cette attente anachronique nous a quand meme permis de discuter avec une jeune laotienne qui nous a raconte comment ses parents avaient tente de fuir le pays apres l'independance.
Au terme d'un vol court et intense, au cours duquel deux hotesses neurastheniques et depressives nous ont offert des bananes sechees au bon gout de vomi rance (product of Laos PDR), nous sommes arrives de nuit a Luang Prabang.

Luang Prabang, ancienne capitale royale du pays, est classee au patrimoine mondial par l'UNESCO depuis 1995. Cette distinction est justifiee par le patrimoine de cette ville situee au confluent du Mekong et d'une petite riviere : nombreux temples (parmi les plus anciens du Laos), superbe architecture coloniale preservee, nature omnipresente (la ville est noyee dans la vegetation tropicale et entouree de douces collines).
  

Nous avons effectue la visite de la ville a pied (c'est vraiment tout petit !) et avons encore flane sur le bord du Mekong et brave les moustiques ! La cite est tres belle, sereine... tout baigne dans une atmosphere decontractee delicieusement surannee. On est surpris et amuses de decouvrir la Poste indiquee en francais a cote de laquelle les laos (hommes et femmes) disputent des parties de petang genereusement arrosees de biere BeerLao !

Les edifices datant du protectorat sont tres bien restaures et le Vat Xieng Thong, pour ne citer que celui-ci, est un superbe edifice religieux.

Tout les matins entre 6h30 et 7 heures, les habitants s'installent sur les trottoirs afin de celebrer une tradition millenaire : l'offrande aux moines. Les bonzes de tous les monasteres defilent devant les fideles qui leur distribuent, a chacun, une poignee de riz ou des fruits. C'est un moment de grande spiritualite et de ferveur qui evoque les dons de nourriture par la population au Bouddha a l'epoque de sa vie ou il etait mendiant.
Helas, et malgre les affiches appelant a plus de reserve, ces instants mystiques sont de plus en plus troubles par l'attitude irrespectueuse des touristes qui n'hesitent pas a flasher moines et fideles, ou a s'interposer entre eux afin de reussir le plus beau cliche. Certains vont meme jusqu'a prendre la place des laotiens pour faire une offrande (quel sens donnent-ils a ce geste ?)
Nous n'avons donc pas de photo et sommes restes en retrait afin de profiter de la beaute de cette ceremonie quotidienne.

 
Un autre aspect de cette etape : la gastronomie populaire dans les rues.
Nous nous sommes regales de delicieux barbecues de poulet, de porc et de poisson accompagnes de legumes sautes ou de rouleaux de printemps. Le soir venu, les etals envahissent les ruelles. Barbecues fumant les uns a cote des autres, on fait son choix puis on s'installe a de sommaires tables recouvertes de toiles cirees bien grasses dans une ambiance bon enfant et epicee !
  
Pour terminer notre sejour sur une note de fraicheur (autre que la traditionnelle biere au bord du Mekong), nous nous sommes rendus a 30km de Luang Prabang aux chutes de Tat Kuang Si au beau milieu de la foret tropicale.
Il est possible de se baigner dans l'eau tres fraiche des bassins aux couleurs turquoises.
Nous avons opte pour une petite escalade afin d'apprecier le paysage du haut de la cascade... Non sans peine : terrain glissant et vegetation etouffante  (mais pas de betes volantes, seulement quelques ours en captivite -  ouf !).

  
Nous quittons Luang Prabang en mini bus ce matin pour Vang Vieng (6 heures de route) qui sera sans doute l'unique etape sportive du Crazy Asiatic Tour !
 

Partager cet article

Repost0
19 janvier 2009 1 19 /01 /janvier /2009 04:57

  Apres les nuits dejantees de Bangkok... et seulement 3 heures de sommeil, changement d'univers et direction l'ancienne Indochine francaise dans les pas de Mademoiselle Catherine D . Premiere etape : Vientiane, (petite) capitale du Laos.

Partant de l'enorme et ultra moderne aeroport de Bangkok, nous avons embarque dans une sorte de petit cercueil volant de la compagnie Lao Airlines en compagnie de 10 autres passagers... Au terme d'un vol court mais intense et bruyant, nous avons debarque a meme la piste du minuscule aerodrome sovietique international (!) de Vientiane. BIENVENUE AU LAOS ! SABAIDEE !
     
 Apres plus d'un mois en Thailande, le changement d'ambiance est radical. Vientiane est une toute petite capitale (moins de 250.000 habitants) allanguie au bord du Mekong. Ici, pas de gratte-ciel ni de grands monuments. Les avenues plantees d'arbres et bordees de villas coloniales lui conferent une atmosphere surannee et nonchalante, presque anachronique.
    
Plus que la visite de monuments, c'est dans son ambiance particuliere que reside le charme de Vientiane. La ville se decouvre a velo. Etonnant melange de temples bouddhistes, de villas francaises en ruine, de marches animes. Sur les etals de ces derniers, un choix incomparable d'articles de contrefacon sont presentes a cote de langoustes naturalisees (du meilleur gout dans votre salon !) et de boules de petanque (petang ), un des passe-temps favoris des lao...
      
 Egalement, nombre de batiment officiels tantot de style colonial, tantot de style sovietique mais dont les devantures sont toujours ecrites en francais (langue officielle de l'administration).
C'est donc en velo que nous avons effectue notre visite. Apres etre passes devant differents ministeres, dont celui de l'information et de la culture (tout un programme qui ferait sans doute rever les elites reactionnaires du moment en France), nous avons remonte les Champs Elysees de l'Est (ainsi surnommes) jusqu'a l'Arc de Triomphe inacheve (en ciment : initialement offert par les USA pour construire un nouvel aeroport !). Nous avons evidemment poursuivi notre promenade par le monument national du Laos : un grand stupa dore maintes fois detruit et reconstruit au cours de l'histoire mouvementee du pays.

Vientiane compte aussi un musee national a l'agencement desuet et depouille. De la prehistoire jusqu'aux temps modernes, dans les anciens locaux de la police coloniale francaise, le parti communiste presente sa vision toute particuliere de l'histoire du pays.
Nous avons ainsi pu nous extasier devant des maquettes en papier mache, des photos de reunion du parti et de magnifiques graphiques Excel (version anterieure a 1989... trop de changements apres) presentant les resultats des realisations de chaque ministere.

Avouons-le, si nous nous sommes un peu attardes a Vientiane, c'est aussi grace a l'accueil gentil et un peu reserve des laos, et a la possibilite de retrouver les plaisirs de la cuisine francaise. Grand moment d'emotion lors de notre premier petit dejeuner : cafe, croissants et VRAIE baguette ! Les larmes nous sont montees aux yeux (crouteux mais emus).

La capitale compte d'excellents restaurants francais et nous nous sommes regales d'une cuisine mediterraneenne et de petits vins des plus bouleversants...

Nous avons neanmoins commence a decouvrir la cuisine lao, moins raffinee et surtout plus epicee qu'en Thailande. Nous ne gardons pas un souvenir imperissable du lap (salade de viande hachee aux herbes et epices) ni de la salade de concombres gluante et qui enflamme la bouche durablement !
Par contre, nous avons pu apprecier la saveur des barbecues arroses de Beerlao sur les berges du Mekong, dans de petites gargottes tres sympas. C'est l'endroit ideal pour admirer le coucher de soleil sur la Thailande, sur l'autre rive du fleuve en goutant a l'ambiance detendue de cette ville hors du temps.
 
  
Ce soir, nous quittons Vientiane pour Luang Prabang, l'ancienne capitale classee au patrimoine mondial par l'UNESCO...
En attendant, nous nous preparons psychologiquement a retrouver notre aeronef en aluminium de Lao Airlines... 
A bientot (?)

Partager cet article

Repost0

Accueil du Crazy Asiatic Tour


Le projet :
- Un congé sabbatique de six mois du 1er novembre 2008 au 5 mai 2009
- Un déménagement avec meubles et chat confiés à la famille et aux amis
- Un périple à deux en asie du sud-est puis aux USA (histoire de faire le tour du globe)
- Des "Guests" attendus à certaines étapes (mais chut...!)
Les contributeurs :
Françoise (Cat sitters) et Céline (Taxi cat), Pierre, Francine, Marie-Rose et Jean-Marie (facteurs et garde-meuble), Philippe et Manu (hospitalite et logistique parisiennes), Babette (aide professionnelle, bonne humeur et generosite)

Le blog "Crazy Asiatic Tour" pour partager notre périple !
Pour connaitre les étapes de notre voyage, découvrez le parcours que nous avons prévu dans la rubrique >
Itinéraire.
Ensuite, vous pourrez suivre nos aventures au fil de l'eau. Depuis là-bas, nous mettrons en ligne photos et impressions au travers des articles ci-dessous. De votre côté, laissez-nous vos commentaires... ou preparez votre voyage en puisant des infos dans les rubriques >Budget ou >Liens, Bons plans et copinage !




Thomas &
Stéphane 
(Crazy Bus Tour operator)

Dédicace

TANTE VÉROCe blog et notre projet sont dédiés à Véro (notre "Vieille Tante") en hommage à sa joie de vivre, son altruisme et son goût des voyages (de toutes sortes...). Nul doute qu'elle nous accompagnera tout au long de cette aventure, et bien plus encore. Nous tenterons alors d'être à la hauteur de la leçon de vie qu'elle nous a délivrée.

Liens et Copinage !

Pour connaitre nos bonnes adresses (hotels, restos, bons plans en France et ailleurs !)... Cliquer ici !

Articles Par Pays