22 mars 2009 7 22 /03 /mars /2009 10:46

La derniere frontiere...?
Bien heureusement, le titre de cet article ne signifie pas que nous franchissons la derniere frontiere du CrazyAsiaticTour... Mais il etait important de vous rassurer, vous, nos fans devenus completement addicts au blog (!), qui avez reclame a corps et a cris et par mail la suite des aventures... Donc, en parlant de derniere frontiere, nous souhaitons evoquer le bout du monde, la limite occidentale des Philippines a l'abri de toute invasion touristique...
Pourtant, il n'a suffit que d'une petite heure de vol avant d'atterrir sur le microscopique aeroport de Busuanga, ile principale de l'archipel des Calamians au nord de Palawan; une ile mythique rendue celebre par un jeu de telerealite diffuse recemment sur l'ORTF Elyseen.
Apres un petit trajet en minivan a travers la campagne et les troupeaux de vaches, nous sommes arrives a Coron, la ville principale.

Coron sur mer, dream in blue...

Notre premiere journee a ete consacree a la decouverte des lieux, ce qui n'a pas pris enormement de temps car il n'y a que 2 ou 3 rues dans cette petite bourgade!
D'autre part, nous devons retrouver Seb et Yasmin le lendemain matin pour explorer l'ile de Coron en Banca (l'embarcation philippine par excellence, une sorte de barque avec deux stabilisateurs).
L'ile de Coron est reputee pour la beaute de ses fonds marins ainsi que pour l'originalite de sa configuration (elle renferme des lagons secrets et des lacs interieurs).
Nous allons donc nous coucher en essayant d'imaginer a quoi peuvent ressembler de telles merveilles!

Au petit matin, apres notre petit dejeuner, nous retrouvons nos compagnons de route, fraichement debarques de l'ile de Sangate ou Seb a pu faire de la plongee sur epaves datant de la seconde guerre mondiale.
Notre banca fut vite reservee, nous voila donc partis vers l'ile de Coron, a environ 30 minutes de la ville...
L'arrivee sur cette ile est impressionante : des falaises noires aux formes acerees et recouvertes d'une dense vegetation tropicale plongent dans une mer d'un bleu profond.Apres quelques habiles manoeuvres, notre banca se stabilise au pied d'une sorte de mur de granite entoure d'eau couleur jade...

Premiere etape de notre decouverte, un lagon dans lequel on accede en passant a la nage par un trou creuse dans la roche... impressionnant!
L'arrivee dans ce lagon est tout simplement feerique, on est entoure de falaises couleur anthracite et de jungle, l'etendue d'eau forme un ovale presque parfait declinant toutes les nuances de bleu et de vert, nous sommes saisis par la splendeur de cet endroit, et profitons du lieu en observant la vie sous marine ou tout simplement en nous emerveillant du spectacle de la nature. C'est magique.. Maintenant, attention les yeux !

Apres nous etre regales de cette ambiance irreelle (car nous etions seuls dans ce paradis aquatique !), et nous etre reposes un peu sur la banca, nous sommes repartis a la decouverte des lacs interieurs de cette ile, et plus particulierement le lac Barracuda...

Pour acceder a ce lac, une petite escalade de 25 metres s'impose, ce qui, en maillot et en tongs nous rappelle que nous ne sommes finalement qu'elegance et raffinement...
Les eaux profondes de ce lac cachent, outre de belles collections de crustaces, des barracudas ( original n'est ce pas !), gros poissons placides et craintifs.
Armes de nos masques et tubas, nous avons donc explore la vie sous-marine, avec une certaine difficulte toutefois car les eaux du lac sont parfois troubles.

La journee s'est poursuivie par une partie de snorkelling au large de Coron, ou nous avons pu nous extasier devant de beaux recifs coralliens peuples de poissons multicolores aux formes etranges. Nous avons meme pu observer la nage gracieuse d'une tortue, legere et habile, un moment d'une grande poesie...
Pour finir notre excursion, avant de rentrer a Coron, nous avons fait une petite pause dans des sources chaudes sur la cote de Busuanga : face a l'ile de Coron, on se regale dans l' eau bien chaude d'un bassin naturel, observes par une statue de la Vierge Marie particulierement incongrue...
Apres cette belle journee, nous nous retrouvons a la terrasse de notre pension afin de nous adonner au vice de la degustation d'une petite San Miguel, mais point trop n'en faut, car demain, nous quittons Coron pour El Nido, sur la cote ouest de Palawan.


Trois jours de Coron a El Nido : La croisiere s'amuse...

C'est donc une fois encore bien frais que nous avons quitte Busuanga pour El Nido.
Nous avons, pour ce faire, reserve une petite croisiere de trois jours afin d'explorer en chemin les merveilles meconnues de Palawan. L'equipe est rapidement constituee, nous serons 8 passagers-explorateurs. Nous effectuerons ce voyage en compagnie de Vanessa et Dante, un couple britanique, Sam et Miho,un couple anglo-japonais, Seb et Yasmin.
Le temps de dire adieu a Coron, d'embarquer sur notre banca, de faire connaissance et d'etudier la carte du periple comme de veritables petits Commandants Cousteau, nous voila partis a la decouverte des iles inexplorees de Palawan...

Apres environ 45 minutes de trajet, la faim se fait sentir ! Nous nous arretons donc sur une petite ile afin de dejeuner et de profiter d'une premiere plage deserte...
Au menu : une bonne platree de crabes aux petits legumes et riz, suivis d'une orgie de pasteque et de mangues (particulierement delicieuses aux Philippines). Notre equipage nous a vraiment regales, ce fut une premiere etape vraiment sympa, d'autant que la plage etait plutot cool... A vous de juger :

Oui, on sait , c'est dur... Nous avons donc repris la mer, au gre du vent, ponctuant la traversee par de petites etapettes de snorkeling et de bronzage, afin de faire plus ample connaissance avec coraux, poissons et crustaces.
En fin d'apres-midi, nous accostons sur notre etape-island-hotel, une categorie d'hebergement local dont nous ne soupconnions meme pas l'existence.
Arrives sur la langue de sable offerte et prete a accueillir nos corps ereintes, force est de constater que l'ile deserte et sa plage sont magnifiques.
Par contre, point de bungalow... Nous nous interrogeons : "Ou allons-nous dormir ? A la belle etoile ? " .
Et bien nous n'etions pas si loin de la realite ! En effet apres la presentation du WC et de l'unique douche (antique pompe a eau locale, bassine et bache tendue), nous assistons a la preparation de nos couches par les membres d'equipage (Capitaine Stubbings et Goffer en tong), et comprenons que nous avons atteind le stade ultime du voyage petit budget au naturel (comme le thon). Mais voyez vous meme, les cliches sont eloquents...
 
Sachant que nous aurions peut-etre a gerer ce genre de situations extremes, avec Yasmin et Sebastien, nous avions prevu d'emmener un kit de survie en milieu hostile. Ainsi, la glaciere de notre banca avait ete truffee de bieres (antidote contre la deshydratation) , de jus de fruits (vitamines anti scorbut) et de rhum (desinfection antipaludeenne),
De ce fait, des le premier soir, nous avons encadre notre frugal diner de poissons grilles par ces ingredients bien salvateurs. A noter, pour la cohesion de ce groupe multiculturel, le rhum fut d'un grand secours car il nous a permis de presenter notre meilleur niveau d'anglais en faisant tomber les barrieres de la langue (mais pas celles de la soif...) !
Au reveil, exempts de piqures de moustique mais la bouche seche, nous avons du reprendre la mer ("Oh, sombres heros de la mer qui ont su traverser les oceans du vide...'").
La seconde journee de cette folle croisiere ( Crazyboat a souhait) devait nous voir rejoindre une lointaine ile au large de Palawan sur laquelle un autre type d'hebergement nous attendait.
Mais avant cela, nous avons effectue des sauts de puce sur plusieurs iles paradisiaques et autres riches sites de plongee. La diversite et la splendeur des endroits visites nous donnaient le sentiment de vivre un reve eveille (dream in blue bis repaetita) : langues de sable blanc abandonnees au milieu de la Mer de Chine, recifs coraliens exceptionnels peuples d'etoiles de mer bleues ou noires, de poissons incroyables, iles de carte postale, couleurs eclatantes, le tout entrecoupe par un succulent dejeuner de fruits de mer et de poissons servis sur le pont de la banca (l'equipage du Love Boat comprenait un veritable cordon bleu)... On n'en dit pas plus (ce serait indecent) et on vous laisse deguster...
 

Arretons la ! On ne voudrait pas que vous vous lassiez avant la suite...

Notre seconde journee de croisiere s'est donc terminee sous d'epaisses couches de Biafine pour certaines (le reve a parfois des aspects plus terre a terre pour les imprudents britaniques a peau claire), et des couleurs moins brulantes plein les yeux pour les autres.

Nous sommes finalement arrives sur notre ile dortoir a la tombee du jour, a maree basse. C'est donc en canoe et en petite barquette (moins stable que celles de LU) que nous avons rejoint le rivage dans la lumiere mordoree du couchant.


Avant que la nuit tombe, laissez nous vous decrire notre lieu de villegiature sauvage et robinsonesque au milieu d'un microscopique village de pecheurs (4 huttes dont la notre...)
Tout d'abord, nous decouvrons avec plaisir que nous dormirons a l'interieur (ce qui est deja une sorte de surclassement),...mais tous ensemble et dans les effluves de poisson seche pendu dans la piece principale !
D'autre part, sales et sableux, certains ont eu le fol espoir de profiter d'une douche regeneratrice.
Il n'en fut rien, ou pas grand chose : la douche se resumait a un baquet d'eau pour 8 en plein milieu du village, d'une ecuelle, et d'un generateur que nous etions pries de ne pas eclabousser (tres rassurant...).
Autant dire qu'on laisse definitivement sa pudeur a la porte (qui n'existe pas ) de la "salle de bain", et que les abblutions sont succintes...
Enfin, il n'y avait pas que les bigorneaux qui sentaient la maree car les WC (sans chasse) etaient simplement entoures de quelques pieces de bois releguant l'intimite a un souvenir lointain (operation "retention" pour beaucoup).
Heureusement, la glaciere etait encore bien garnie, et nous a servi de siege autour du feu de camp aux cosses de noix de coco (ce qui n'a en rien entame la fraicheur des breuvages). Notre cuisiniere nous a de nouveau regales de poisson et de calamars fraichement peches... un regal, partage dans la bonne humeur.

Au reveil, un solide petit dejeuner a base d'aubergines ( un delice) et de porridge nous attendait.
Apres un bref lavage de dents, nous nous sommes resignes a quitter cet endroit paisible et authentique, pret a affronter la mer pour ce dernier jour de route vers El Nido.


Pour cette derniere journee, l'equipage nous a vraiment gates... comme a une reception de l'ambassadeur Ferrero Rocher (mais au poisson et avec de vrais rochers).
Nous avons fait des etapes sur ce qui restera pour nous les plus somptueux paysages de cette croisiere. Et comme d'habitude -comme dirait Claude F.- les repas de notre cuistot(e) etaient delicieux (mention speciale pour les calamars farcis !). On ne sait plus ou poser le regard, les iles et les plages se succedent, isolees a souhait et toutes plus somptueuses les unes que les autres. Les fonds marins sont extraordinaires, et les balades en kayak autour des iles donnent le sentiment de leviter... A la difference de Paris Match (presse nationalisee par l'Elysee): mieux que des mots, nous vous laissons le choc des photos !
> Les bateaux...

> Les nageurs...

> Les calamars et leur milieu naturel

> Le paradis...


Les meilleurs choses ont une fin et c'est donc du bleu plein les yeux et accompagnes des poissons volants que nous avons atteint El Nido apres une traversee mouvementee qui a failli nous faire rendre a la nature ce qu'elle nous avait si genereusement offert...

El Nido et l'archipel de Bacuit
El Nido est une petite ville denuee de charme mais c'est la base ideale pour visiter les iles alentour. Comme nous l'avait conseille CocoMaglo (representante exclusive de l'ami Ricore et conseillere voyage chez CrazyBusTravel - Bureaux a Meudon, Paris Gambetta, Manille, Monaco, Lourdes, Milan), nous avons opte pour l'excursion Tour A en compagnie de Seb et Yasmin.
Vous pensiez avoir tout vu ? Nous aussi, et pourtant...
Le tour A, en banca comprend la visite de l'ile de Miniloc et de ces deux lagons....


..., un dejeuner sur l'ile deserte de Simisu. Encore une fois le dejeuner prepare par l'equipage et servi sur la plage etait divin (porc et poisson grilles, legumes, riz et mangues juteuses et parfumees)...


...l'ile d'Entalula et son lagon secret...

...ainsi que la plage des Sept Commandos.

Signalons au passage que nous sommes meme passes devant Helicopter Island, lieu du tournage de cette fameuse emission de tele-realite diffusee sur la premiere chaine de la nouvelle ORTF. Cette chaine que nous affectionnons tant et sur laquelle flotte le doux parfum de tante Yvonne malgre un habillage bling-bling...

En resume, encore une tres belle journee.

Le soir, au detour d'une rue a El Nido (il n'y en a 2), nous avons retrouve Vanessa et Dante, nos compagnons de La croisiere s'amuse pour une soiree d'adieux, sous le haut patronnage du punch local. Une fois encore, nous avons parfait notre anglais. Tatie San aurait ete fiere de nous ! A ce propos, nous tenons a demander a notre scotish girl preferee, pourquoi elle nous a cache, qu'au Royaume-Uni, offrir un collier de perles a une dame ne voulait pas forcement dire qu'on l'emmenait dans une bijouterie (expression idiomatique dont Tatie San est tellement friande) ?

Port Barton
Apres El Nido, chacun a repris sa route (et son aspirine).
Pour nous, la suite et fin de notre sejour a Palawan se deroule a Port Barton, un tout petit village de pecheurs love dans une baie charmante.
Pour rejoindre ce village situe a une centaine de kilometres de El Nido, nous avons emprunte un minibus jusqu'a la ville de Roxas, puis une jeepney (au milieu des philippins et de sacs de victuailles). Nous avons traverse de fabuleux paysages de jungle et de montagnes aureolees de brume... sous la pluie.
Nos deux jours a Port Barton ont ete particulierement reposants bien que pluvieux le dernier jour. La plage est belle et authentique, l'ambiance nonchalante a souhait.



Apres un petit crochet par Puerto Princesa la capitale de l'ile, nous voila de nouveau a Manille. Ces trois semaines aux Philippines ont ete une revelation.
Du nord au sud, ce pays est fabuleux et ses habitants particulierement chaleureux.

On a du mal a comprendre pourquoi le tourisme de masse ne s'est pas encore jete sur ce joyau de l'Asie du sud-est. En attendant on ne s'en plaint pas, le touriste est rare et l'ambiance n'en est que plus authentique. Sans aucun doute, nous reviendrons aux Philippines (malgre les 20 heures de trajet depuis Paris...).

Cette nuit, nous nous envolons pour Tokyo. Changement d'ambiance garanti !



Bonus Videos : En mer de Chine...

> Croisiere de Coron a El Nido

> Ile de Miniloc : entree dans le Big Lagoon



Bonus Culturels (!) :
Pubs philippines
                      

Partager cet article

Repost0
9 mars 2009 1 09 /03 /mars /2009 07:33
Nous avons donc quitte l'enfer urbain de Manille pour le nord de Luzon a bord d'un bus de nuit qui etait cense nous amener bien frais a Banaue.
Au niveau fraicheur, nous n'avons pas ete decus puisque durant les 10 heures de trajet, nous avons subi la climatisation poussee au maximum ! Naifs, au moment du depart nous n'avions pas saisi pourquoi les passagers portaient mouffles et bonnet...!!
En resume, c'est bien congeles que nous sommes arrives a destination, la goutte au nez et les yeux bien poches !

Apres avoir pris possession de notre chambre au GREEN VIEW LODGE, une pension facon chalet de montagne, nous avons etabli avec Freddie, notre guide, le parcours des 4 prochains jours.
Rendez-vous fut pris pour l'apres-midi meme afin de commencer la decouverte de ces rizieres en terrasses vieilles de plus de 2000 ans et classees au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Malgre les recommandations avisees et precises de notre voyagiste conseil CocoMaglo (mais siiiiii, souvenez-vous : notre amie Ricore du demenagement a Paris) nous avons chausse nos plus... vieilles baskets pour ce numero de funambules !

Et c'est donc parti pour la premiere etape : les rizieres de HAPAO et HUNGDUAN a une vingtaine de kilometres de Banaue.
On accede a ces petits villages apres une marche d'environ 3 heures. Ce ne sont pas les plus reputes, mais c'est un avant-gout de ce qui nous attend les jours suivants. Nous traversons des hameaux minuscules et pouvons observer l'ingenieux systeme d'irrigation des rizieres. Dans cette region montagneuse, l'eau est omnipresente, les rivieres sont nombreuses. L'eau est canalisee grace a des conduits en bambous (ou en plastiques) et acheminee dans chaque terrasse.
Les paysage sont tres beaux et les couleurs eclatantes. Nous sommes chanceux, le temps etait clement et la plupart des parcelles etaient d'un vert tendre, le riz ayant ete seme depuis 3 semaines environ.

La marche est parfois acrobatique et la progression s'effectue sur d'etroits murets de boue et de pierre, ou parfois de ciment. Apres avoir experimente le faux pas dans la boue et fini par trouver notre equilibre, nous sommes arrives a des sources chaudes en pleine nature.
Nous decouvrons, entoure de forets, un petit bassin d'eau chaude riche en soufre. C'est avec plaisir, apres cette longue marche, que nous y trempons nos corps fourbus.
La nature est bien faite car la riviere jouxte la source chaude et nous pouvons donc alternativement passer du chaud au froid en enjambant simplement une separation de pierre. Vetus seulement de nos calecons, sous ce soleil de plomb, la fraicheur de la riviere est un regal.

De retour a Banaue, bien fatigues par la nuit frigorifique dans le bus et nos premiers exploits sportifs de la journee, nous nous sommes couches tot afin d'aborder avec energie et entrain la suite du programme : un trek de trois jours dans les rizieres...
Apres le petit dejeuner une jeep nous a depose au point de depart de notre randonnee. Malgre la chaleur, c'est une marche facile d'environ 6 heures.
La premiere partie nous fait traverser une foret tropicale dans laquelle on remarque, entre autres, bananiers sauvages et impressionnantes fougeres arborescentes. En totale symbiose avec cette nature luxuriante et humide, nous suons a grosses gouttes... C'est le prix de l'aventure !
Apres quatre heures de marche, nous passons au niveau du village de Cambulo, minuscule et entoure de rizieres en terrasses. Il nous reste encore deux heures de trek pour atteindre notre destination : Batad, un petit village dont les  terrasses sont particulierement recherchees.
Nous ne nous attardons donc pas a Cambulo, d'autant que le chemin qui mene a Batad est particulierement escarpe. A chacune de nos glissades sur des deniveles instables, nos pensees allaient evidemment a CocoMaglo, mere de tous les backpackers devant l'eternel, meme si notre pingrerie nous a pousse a ne pas suivre ses bons conseils de chausse !
Enfin nos efforts furent recompenses par le point de vue spectaculaire sur Batad. Le village est niche au centre d'un amphitheatre de rizieres semblant s'elever vers le ciel. Paysage sublime face auquel nous nous asseyons un moment sur un muret afin de gouter a la splendeur des degrades de verts et a l'imposante architecture de ces terrasses deux fois millenaires.

Apres un dernier effort, nous somms arrives a notre pension, accrochee comme un nid d'aigle aux parois de la montagne.
Nous nous sommes alors attables pour admirer ce fantastique panorama en sirottant une petite San Miguel !
La journee a ete longue mais la recompense en valait la peine, la nature est majestueuse et les etonnantes compositions des rizieres conferent a la reverie....
Nous avons rapidement remis les pieds sur terre grace a la presence d'un groupe de cinq touristes tcheques particulierement vociferants, et qui se sont charges de mettre l'ambiance a l'aide des cargaisons de whisky que contenaient leurs sacs a dos !! Vive l'Europe !

La soiree s'est poursuivie en musique : Elvis (le bien nomme), un des guides de la pension ayant interprete des grands standards anglosaxons a la guitare. Nous avons ainsi fait la connaissance d'autres voyageurs : Nora , une hollandaise originale, ainsi que Sebastien et Yasmin, un francais et une australienne que nous retrouverons par la suite a Banaue.
Le lendemain, apres une nuit reparatrice, nous repartons pour une petite marche dans les rizieres afin d'atteindre une superbe cascade. Arrives sur place, nous decouvrons une etonnante chute d'eau de plus de 40 metres de haut enfouie dans la foret et au pied de laquelle un grand bassin invite a la baignade. nous ne nous sommes pas prives. C'est avec les gamins du coin que nous avons goute a la fraicheur de cette eau venue des montagnes. Une experience tres... tonique !

L'apres midi nous avons repris la route pour retourner sur Banaue. La encore, les paysages sont spectaculaires. Nous avons sous nos yeux les plus belles rizieres de la planete entourees d'un ecrin de vegetation.

De nouveau, nous avons joue les funambules au cours d'une marche de 3 heures pour rejoindre la route principale qui mene a Banaue. La jeep nous attendait et c'est bien fourbus mais avec de belles images plein la tete que nous avons retrouve notre pension.
Le soir meme, nous avons retrouve Sebastien et Yasmin avec lesquels nous avons passe une bonne soiree tres arrosee au rhum. Apres avoir vide la reserve de la pension, nous avons tente notre chance au bar du coin... qui, meme un samedi soir, fermait  a 22 heures !
Apres avoir finalement degotte une derniere bouteille, nous avons termine notre nuit en refaisant le monde au cours de belles conversations d'alcooliques bilingues. Certains ont eu du mal a rejoindre leur lit... ce qui semble avoir derange les touristes tcheques qui, pour une fois, avaient decide de se coucher avec les poules.
En resume, une belle soiree "Gervaise" pour clore notre trek !

Pour le dernier jour, une derniere balade etait pourtant programmee par notre guide : 3 heures de marche pour rejoindre un point de vue sur la ville. Autant dire que l'ascension parfois abrupte et boueuse des sentiers, ainsi que l'etroitesse des murets n'etaient pas forcement compatibles avec une soiree de dechirure... Mais nous ne craignons rien et sommes sortis indemnes de cette ultime epreuve sportive, malgre un mal de cheveux des plus devastateur !

Le soir venu, nous avons repris un bus de nuit direction Manille. Moins climatise que le precedent, il fut neanmoins le theatre des derniers sursaut de la dechirure de la veille. En effet, conseil pratique aux voyageurs : meme si une petite pancarte dans les toilettes du bus vous indique qu'il n'est pas permis de faire autre chose que pipi, sachez que vous pouvez tout de meme vous accroupir pour vomir... Ah ! jeunesse (quand elle vous lache...) !

Nous voila donc de nouveau a Manille ou nous preparons les details de notre prochaine etape : L'ile de Palawan.

Partager cet article

Repost0
4 mars 2009 3 04 /03 /mars /2009 09:33
Nous voila donc a Manille. Autant le dire tout de suite, la capitale des Philippines est surtout une etape administrative. La premiere journee, nous devions nous procurer le sesame ferroviaire pour le Japon, le fameux Japan Rail Pass (qui coute desormais une petite fortune a cause des fluctuations du Yen, crise financiere oblige !). Cette excursion nous a permis de decouvrir le quartier de Makati et ses forets de gratte-ciel.

Manille manque singulierement de charme. C'est une ville gigantesque, polluee et chaotique. Finis les moines en robe safran et les villes assoupies, bienvenue dans l'enfer urbain ou nous croisons autant d'eglises que de centres commerciaux demesures.

De son passe espagnol, la ville a fait table rase. Ne subsiste que la foi en Jesus omnipresent a tous les coins de rue, donnant parfois son nom a certaines Jeepneys. Ces anciennes Jeep customizees et transformees en transport en commun (le plus utilise) portent chacune un nom different. Sister, Copacabana, Jesus loves you...
Difficile d'utiliser ce moyen de transport sans connaitre la ville. Nous nous sommes donc contentes du metro.


Foutue pour foutue, cette premiere journee a ete l'occasion de faire un peu de shopping pour la suite de notre voyage. En effet, l'etat d'usure de nos vetements devient critique et il n'est plus envisageable de porter des guenilles routardes de souillons sur le sol japonais !
C'est ainsi que nous avons subi un choc... consumeriste ! La ville est truffee de centres commerciaux a cote desquels Les Quatres Temps, Le Forum des Halles ou... La Part Dieu (derniere reference, plus accessible aux provinciaux..) passeraient pour des marches de campagne ! Ces temples de la consommation sont tout bonnement stupefiants de part leur taille et le nombre de boutiques qu'ils contiennent. Bien entendu, les grandes enseignes internationales sont representees et leurs tarifs sont similaires a ceux pratiques en Europe.
Malgre l'agreable fraicheur de la climatisation et bien que familiers de ce type d'endroit, le gigantisme et la frenesie d'achat palpable de la foule nous a donne le vertige.


Charges de paquets, tels Julia Roberts gloussant stupidement dans les couloirs de son hotel de luxe, nous avons rejoint, non pas Richard Gere, mais notre modeste pension pour y retrouver et savourer notre nouvel ami : San Miguel, la biere nationale !
Il faut preciser que, le soir venu, le quartier ou nous logeons est truffe de creatures nocturnes dont le prenom scotche sur la poitrine vous invite a faire plus ample connaissance... De meme, de vieilles personnes accompagnees de tres jeunes nymphes locales semblent retrouver ici une nouvelle raison de vivre...
Tout cela avec, en bruit de fond, la musique des nombreuses discotheques nous plonge dans une delicieuse atmosphere interlope !

Pour notre seconde journee : quartier libre ! Les formalites de shopping et d'organisation de la suite de notre periple etant terminees, nous nous sommes consacres a la visite d'Intramuros, la vieille ville fortifiee telle que l'avait batie les espagnols. Pour y parvenir, nous avons longe la baie de Manille sur le boulevard Roxas, une sorte de Promenade des Anglais (beaucoup moins glamour quand meme).
Nous avons traverse l'immense parc Rizal, un des plus grand d'Asie et lieu de promenade apprecie par les manillais.

Arrives dans Intramuros, force est de constater qu'il ne subsiste plus grand chose de la ville espagnole. En effet, elle a ete presque totalement detruite par les bombardements americains lors de la deuxieme guerre mondiale. Malgre la chaleur ecrasante et moite, on peut quand meme apprecier la flanerie dans ses ruelles pavees bordees d'eglises et de maisons coloniales. Certaines sont degradees et d'autres, renovees, ont ete reconverties en musee ou en hotel-restaurant de standing.


Nous quittons ce soir Manille apres avoir goute a ce surprenant melange de culture asiatico - hispano - americaine ! C'est apres une dizaine d'heures de bus de nuit que nous allons rejoindre la petite ville de Banaue dans le nord de l'ile de Luzon afin d'y effectuer un trek de 3 jours dans les rizieres en terrasses.

Bonus Video :

1min30 dans les rues de Manille !




Partager cet article

Repost0

Accueil du Crazy Asiatic Tour


Le projet :
- Un congé sabbatique de six mois du 1er novembre 2008 au 5 mai 2009
- Un déménagement avec meubles et chat confiés à la famille et aux amis
- Un périple à deux en asie du sud-est puis aux USA (histoire de faire le tour du globe)
- Des "Guests" attendus à certaines étapes (mais chut...!)
Les contributeurs :
Françoise (Cat sitters) et Céline (Taxi cat), Pierre, Francine, Marie-Rose et Jean-Marie (facteurs et garde-meuble), Philippe et Manu (hospitalite et logistique parisiennes), Babette (aide professionnelle, bonne humeur et generosite)

Le blog "Crazy Asiatic Tour" pour partager notre périple !
Pour connaitre les étapes de notre voyage, découvrez le parcours que nous avons prévu dans la rubrique >
Itinéraire.
Ensuite, vous pourrez suivre nos aventures au fil de l'eau. Depuis là-bas, nous mettrons en ligne photos et impressions au travers des articles ci-dessous. De votre côté, laissez-nous vos commentaires... ou preparez votre voyage en puisant des infos dans les rubriques >Budget ou >Liens, Bons plans et copinage !




Thomas &
Stéphane 
(Crazy Bus Tour operator)

Dédicace

TANTE VÉROCe blog et notre projet sont dédiés à Véro (notre "Vieille Tante") en hommage à sa joie de vivre, son altruisme et son goût des voyages (de toutes sortes...). Nul doute qu'elle nous accompagnera tout au long de cette aventure, et bien plus encore. Nous tenterons alors d'être à la hauteur de la leçon de vie qu'elle nous a délivrée.

Liens et Copinage !

Pour connaitre nos bonnes adresses (hotels, restos, bons plans en France et ailleurs !)... Cliquer ici !

Articles Par Pays